La poudre de perlimpinpin de notre nouveau président de la république, le fameux nettoyage au Kärcher de N. Sarkozy ou la bravitude de Madame Royale montrent qu’en communication la bonne utilisation des mots est cruciale.

Nous concernant, le mot « mutuelle » est entré dans le langage courant. A tel point que, lorsque la notion de complémentaire santé est évoquée dans les médias, c’est à travers le terme générique de « mutuelles » que les médias, responsables politiques et citoyens la traduisent. Cruelle déformation car si sur un plan juridique les mutuelles sont bien des assureurs, les assurances ne sont pas toutes des mutuelles, loin s’en faut !

Là où les mutuelles gèrent le risque de façon solidaire, sans recherche de profit ni exclusion et en totale transparence, les assureurs eux, doivent rémunérer leurs actionnaires en cherchant à sélectionner le « bon risque » susceptible de générer des excédents. Ainsi, des trois familles d’assureurs, les mutuelles sont les seules à être soumises au code de la mutualité (les instituts de prévoyance et assurances relèvent du code de la sécurité sociale et du code des assurances), seules à garantir les notions de non lucrativité, de non exclusion ou de gouvernance par les adhérents eux-mêmes.

Tout en cherchant à mieux protéger juridiquement l’appellation « mutuelle » d’utilisations abusives, nous travaillons à mettre en avant les éléments permettant au public de mieux nous différencier. Et parmi les nombreux points qui nous distinguent, la transparence de notre activité figure en bonne position et notamment la transparence en matière économique.

Ainsi, le Conseil d’Administration de Mutuelle Entrain vient d’arrêter les comptes pour l’année 2016 avec un résultat technique à l’équilibre. Parmi les indicateurs existants pour présenter la santé financière d’une complémentaire santé, la notion de résultat technique demeure une des plus simples à mesurer. Le résultat technique est ce qui reste lorsque la complémentaire santé a retiré aux cotisations encaissées, le montant des prestations remboursées et les frais inhérents à son fonctionnement (loyer, salaires, taxes…). Pour Mutuelle Entrain, depuis 3 ans, nous sommes sur l’équilibre presque parfait avec un résultat technique de plus ou moins 200 000€ pour près de 80 millions€ de cotisations perçues. A peine plus de 1€ sur l’année par personne protégée ou 0,3 % des cotisations totales  !

Si certains acteurs pensent qu’une bonne gestion consiste à générer des excédents et à alimenter des matelas de provisions toujours plus épais, nous pensons qu’une fois atteints les niveaux de marges de solvabilité suffisants au regard des organismes de contrôles européens, une bonne gestion consiste à prélever des cotisations à même d’atteindre un résultat technique à l’équilibre.

Des propos, des mots que Mutuelle Entrain traduit en chiffres ! Vous pouvez le vérifier.

Olivier Techec, Président de Mutuelle Entrain