Mutuelle Entrain vous aide à prendre soin de votre santé

Publié le 09/11/2020



Les bienfaits de la luminothérapie 

Novembre, le début de cette période où nous avons moins de soleil....

Les jours s’approchent de l’hiver et le matin lorsque nous partons de chez nous, le soleil n’est pas encore levé et lorsque nous rentrons il fait déjà nuit.

Quelques mois à supporter cela.

En effet du mois de novembre au mois de mars difficile d’avoir notre dose de soleil.

Chez certains d’entre nous, cela peut déclencher le blues de l’hiver, la déprime ou la dépression saisonnière.

Si vous constatez tous les ans à la même période des changements dans votre humeur, des problèmes de sommeils, une augmentation des grignotages voir, un syndrome dépressif, il est fort probable que vous ayez ce fameux blues de l’hiver.

 

La lumière source de bien-être 

On le sait, le taux de personnes atteintes de la dépression saisonnière est plus important dans les pays nordiques.

Le temps d’ensoleillement y est bien inférieur en hiver qu’au notre.

Des études ont démontré que la lumière est un facteur essentiel à notre bien-être.

Trouver l’équilibre entre le cortisol et la mélatonine

Notre corps réagit tout au long de la journée à la présence de différentes hormones.

Chacune d’elle s’active à différents moments de la journée.

En ce qui concerne notre blues de l’hiver ce sont le cortisol et la mélatonine qui entrent en jeu.

En effet, afin de suivre notre rythme circadien qui est notre rythme biologique sur 24 H, nous devrions avoir un taux important de cortisol au levé (hormone du réveil entre autres) et un taux de mélatonine élevé au couché.

Cependant, la lumière naturelle intervenant sur notre taux de cortisol, en hiver, il est trop faible chez certains d’entre nous.

C’est pourquoi la lumière permet de synchroniser notre horloge biologique et d’équilibrer les taux de cortisol et de mélatonine aux bons moments de la journée.

 

Quand et comment faire de la luminothérapie ? 

Il est donc conseillé d’effectuer une séance de 30 minutes par jour le matin afin d’augmenter notre cortisol en début de journée comme le fait le soleil naturellement en été.

Il n’est pas nécessaire de rester immobile à fixer la lampe.

D’ailleurs la lumière étant vive, nous vous conseillons de rester à côté de la lampe, les yeux ouverts en prenant votre petit déjeuner, en lisant ou discutant… 

Des contres indications ? 

Attention, si vous avez certaines maladies ou problèmes à l’œil.

Dans ce cas, prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre ophtalmologiste.

Certains traitements sont "photo-sensibilisant", là encore prenez conseil auprès de votre médecin.

 

Comment choisir sa lampe ? 

Pour des raisons de sécurité, toujours vérifier que vous trouvez sur votre lampe la norme européenne CE médical 93/42 CEE.

Cette norme permet entre autres de nous assurer que la lampe ne diffuse pas d’UV.

Sa puissance doit être de 10 000 lux.

Cette puissance permet une exposition efficace à partir de 30 minutes par jours.

A titre de comparaison une lampe de 5000 lux demandera une exposition minimum d’une heure.

Quant à la taille, elle doit être suffisante pour avoir une diffusion assez large pour que vous ne soyez pas obligé de rester collé à la lampe sans pouvoir bouger.

 

Source : Service Prévention Mutuelle Entrain

Partager sur